Niouzes 2017

J’avais un peu « oublié » ce blog depuis la fin de 2016. Il faut dire que j’ai aussi déserté mon atelier durant plusieurs mois par manque de temps. Ce n’est pas une légende : quand on est retraité on est souvent débordé ! (je sens que je vais faire bondir les actifs !). Depuis le mois d’août, j’ai quand même tourné quelques morceaux de bois. Les voici :

Une bonbonnière en sophora, qui s’en est allée dans le Doubs pour un anniversaire.

 

 

 

 

Quelques toupies aussi, façonnées dans différentes essences de bois.

 

 

 

 

Un bol à bord naturel, en sophora. Finition extérieure : friction polish ; finition intérieure : huile de paraffine.

 

 

 

Un gobelet en cerisier. En fait au départ c’était un exercice pour m’améliorer dans le creusage en « bois de fil » avec un outil en forme d’anneau.
Le travail en « bois de fil », c’est quand les fibres du bois sont parallèles à l’axe de rotation. Pour le bol précédent en sophora, les fibres du bois sont au contraire perpendiculaires à l’axe de rotation.

  

Et enfin, mon premier essai de trembleur. Ce n’est d’ailleurs pas réellement un trembleur car le diamètre le plus fin est de 4 millimètres ; c’est encore trop gros pour trembler ! Mais bon, j’arriverai à m’améliorer sans doute. La hauteur est de 30 cm. C’est du frêne, sauf la base qui est en hêtre. Et c’est aussi mon premier anneau prisonnier.

Ah oui, j’ai aussi tourné des « galettes » de tabourets en hêtre, mais c’était surtout un travail de menuiserie. La partie tournage était un peu marginale.

2 réflexions sur « Niouzes 2017 »

    1. Le trembleur, c’est un exercice de style, c’était parait-il un sujet d’examen pour les tourneurs en formation au XVIIe et au XVIIIe siècle. Le principe c’est de réaliser à partir d’un unique morceau de bois une succession de formes et de volumes le long d’une tige centrale suffisamment fine (2 à 3 mm de diamètre, voire moins) pour trembler lorsqu’on l’effleure, en raison de sa souplesse. C’est évidemment très fragile, et les trembleurs sont généralement conservés dans un tube vertical. Et donc ce n’est pas un trembleur que j’ai fait : il n’est pas très long et surtout le diamètre de sa tige (4 mm) est encore trop important pour être suffisamment souple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *